Je vous propose de vous plonger dans une rapide biographie du Maréchal Murat, Roi de Naples.

Né le 25 mars 1767 à Labastide-Fortunière (près de Cahors), Joachim Murat s'était engagé très jeune dans la cavalerie. Lors du soulèvement royaliste du 13 vendémiaire de l'An IV (5 octobre 1795), il fut remarqué par Bonaparte dont il devint l'aide de camp. Pendant les campagnes d'Italie et d'Egypte, toute l'armée admira ses charges impétueuses qui lui valurent d'être promu général de division. Deux ans après le coup d'Etat du 18 brumaire (9 novembre 1799), auquel il participa activement, il épousa Caroline, dernière soeur de Bonaparte, conquise par son panache. Un brillant avenir s'ouvrait alors devant lui. Après la seconde campagne d'Italie, il fut nommé gouverneur de Paris.

murat10

L'Empire proclamé, il devint prince d'Empire, maréchal, grand amiral, grand aigle de la Légion d'honneur. Après Austerlitz, il reçut le titre de grand-duc de Berg. Après avoir contribué pour une large part à la victoire d'Iéna, il espéra obtenir le trône de Pologne mais Napoléon préféra l'envoyer en Espagne où il réprima, le "Dos de Mayo", une révolte dans le sang. Là encore, il espéra ceindre la couronne mais ce fut Joseph, le frère de l'Empereur, qui fut choisi. Murat dut se contenter de régner à Naples, exaspérant son beau-frère par ses dépenses excessives, ses manquements au blocus, ses expéditions inutiles contre la Sicile...

Vivant dans la hantise de perdre son sceptre, Murat n'hésita pas, en 1814, à trahir l'empereur. Mais il ne parvint pas pour autant à garder son royaume. Au début de 1815, pressentant que les Alliés voulaient rendre Naples aux Bourbons, il tenta de soulever les Italiens. Battu, il regagna la France où Napoléon refusa de le recevoir. Après Waterloo, il débarqua en Calabre, tomba entre les mains de partisans bourbons et fut fusillé le 13 octobre 1815.