L'Empereur a-t-il été assassiné ? Son corps repose-t-il vraiment aux Invalides ? Thierry Lentz et Jacques Macé, deux historiens tranchent.

Et si Napoléon était mort empoisonné à Sainte-Hélène ? Cette hypothèse fait frémir les amateurs d'énigmes historiques depuis des générations. Tout comme l'éventualité qu'au lieu du corps de l'Empereur, ce soit celui de son fidèle maître d'hôtel Cipriani qui repose sous le dôme des Invalides.

Aux passions déchaînées, aux demandes d'ouverture du tombeau pour enfin savoir la vérité, Thierry Lentz et Jacques Macé opposent leur rigueur d'historiens. Ils passent en revue les positions des uns et des autres, qu'ils soient « empoisonnistes » ou bien « substitionnistes ».

L'éventualité d'un assassinat est tentante. Napoléon n'avait que 52 ans à sa mort le 5 mai 1821, et les Anglais pouvaient craindre qu'il ne tentât une évasion de l'île de Sainte-Hélène où il était ­détenu depuis octobre 1815. Les Britanniques avaient nommé l'antipathique Hudson Lowe gouverneur de l'île pour prévenir toute fuite. L'officier arriva sur place en avril 1816 et fit tout ce qu'il put pour humilier l'Empereur et durcir ses conditions de détention. « Il parvint immédiatement à se faire détester de Napoléon », écrivent Thierry Lentz et Jacques Macé. Difficile toutefois d'accuser sans preuve Hudson Lowe d'as­sassinat. D'autant que l'autopsie pratiquée dans les règles, au lendemain de la mort de Napoléon, confirme un décès dû à une grave maladie de l'estomac, un ulcère accompagné probablement d'un cancer.

Plutôt une intoxication

Après les rumeurs d'assassinat qui circulèrent dès la mort de l'Empereur, il fallut attendre le début des années 1960 pour que la thèse d'un empoisonnement à l'arsenic soit vraiment défendue. Un médecin suédois, Sten Forshufvud, fut le premier à faire analyser les ­cheveux de Napoléon. Résultat, on y décela un taux d'arsenic dix fois supérieur au taux considéré comme normal. Puis l'homme d'affaires canadien Ben Weider, mort l'an passé, reprenait la même hypothèse en imaginant cette fois-ci, de façon assez ­farfelue, que l'un des trois généraux présents à Sainte-Hélène, Montholon, était l'assassin.

Il n'en reste pas moins vrai que les cheveux de Napoléon, prélevés à sa mort, contiennent de l'arsenic. Les analyses effectuées en 2001 à la demande de Ben Weider montrent même que cet arsenic est de type minéral, comme la mort-aux-rats, et qu'il a forcément été ingéré. On a cependant également retrouvé de l'arsenic dans des cheveux coupés plus de dix ans avant la mort de Napoléon. Malgré ces éléments troublants, les auteurs ne concluent pas à un assassinat mais plutôt à une intoxication. Par exemple à la liqueur de Fowler, qui contient de l'arsenic, et qui était utilisée à l'époque comme remontant.

Quant à l'hypothèse d'une substitution de la dépouille de Cipriani à celle de l'Empereur, en 1840, au moment du rapatriement en France du corps de Napoléon, les auteurs concluent au terme d'une démonstration riche en anecdotes pittoresques qu'elle est totalement abracadabrante.

Le Mort de Napoléon de Thierry Lentz et Jacques Macé Perrin, 215 p., 17,50 €.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais pour ma part je pense que cet ouvrage, sur l'empoisonnement,  est un nouveau pavé dans la marre. L'intéret de ce livre semble être l'argumentaire dénonçant la substituation des corps de Napoléon et Cipriani.

Je vous invite à prendre connaissance de la réponse de Bruno Roy-Henry (leader des substitionnistes): la réponse

Qu'en pensez-vous?